• Le phare de Goury

    Aquarelle 30 X 40 cm sur papier Arches grain Torchon

    Le phare de Goury, histoire d'une construction

    Le phare de la Hague, situé face au port de Goury (Auderville), est inscrit aux monuments historiques. Pour le maire d’Auderville, Alain Dixneuf, c’est un motif de fierté. Le phare est bien sûr un symbole identitaire fort tout comme les paysages de la Hague. Par arrêté du 11 mai 2009, le préfet de Basse-Normandie a considéré que le phare présentait « un intérêt d’art et d’histoire en raison de la qualité de sa composition architecturale néo-classique ». Cette reconnaissance nationale est l’occasion de revenir sur la construction de ce phare, construction qui ne fut pas une partie de plaisir (entre 1834 et 1837).

    puce Le projet de construction d’un phare au cap de la Hague

    Phare de Goury Dans un rapport, l’ingénieur des Ponts et Chaussées de l’agglomération du nord du département de la Manche, Morice de La Rue, revient sur la construction du phare qui devait signaler aux navigateurs les dangers du fameux Raz Blanchard après de nombreux naufrages. Selon l’ingénieur, le Raz Blanchard est l’un des plus mauvais coins de France. Quand le vent souffle, par grande marée, la vitesse des courants peut atteindre 12 nœuds, c’est-à-dire 23 kilomètres à l’heure. La zone porte bien son nom : le canal de la Déroute.

     Il est prévu d’installer le phare de 46 m sur le Gros du Raz, rocher séparé du littoral par un canal d’environ 800 m de largeur. Comme l’indique le rapport de l’ingénieur, il existe de grandes difficultés à vaincre la construction du phare sur le Gros du Raz. Pour se rendre à ce rocher qu’envelopperont des courants d’une violence extrême, la côte voisine ne présente qu’un seul point de départ un peu abrité, le havre de Goury et la marée qu’un seul intervalle vraiment favorable. On comprendra sans peine que pour naviguer dans des courants dont l’impulsion ressemble à la chasse d’une écluse, il ne faut ni employer de lourds navires, ni compter sur la force si inconstante du vent. L’apport de matériaux ne pourra se faire qu’à l’aide de barques plates et légères, plates pour moins de prises aux courants, légères pour être manœuvrées à la rame. A cela s’ajoute au départ de Goury des installations coûteuses et la fourniture du granit en provenance de Flamanville.

     L’ingénieur des Ponts et Chaussées précise dans son rapport comment il réussit à vaincre les difficultés d’implantation et de construction du phare. Lors de l’établissement des ouvriers sur le chantier, ces derniers refusèrent de s’y installer tant les habitants du pays leur avaient répété que le Gros du Raz serait leur tombeau, et qu’aucune construction ne résisteraient aux déferlements. Il fallut donc recourir à un autre expédient pour inspirer aux travailleurs plus de sécurité. Ainsi, une estacade constituée de pieux et dont le plan supérieur ne dépassait que de 0,50 m le niveau des hautes mers de vive eau d’équinoxe, a résisté aux plus violentes attaques, non sans démolition. Parfois même, les déferlements ont couvert la grue toute entière et dépassé son sommet.

    puce La construction du phare (1834 - 1837)

    Ampoule Le rocher du Gros du Raz, à 1 m environ au-dessus des hautes mers d’équinoxe, présentait une surface circulaire de 10 m de rayon. Le phare proprement dit n’avait pas besoin d’une assiette aussi large ; cependant, il est apparu nécessaire pour l’ingénieur Morice de La Rue d’utiliser toute l’étendue disponible en établissant une plate-forme autour du soubassement de la colonne. Pendant la construction, un réduit insubmersible, où l’on pût déposer les ustensiles et les matériaux flottants, était indispensable, et la plate-forme a rempli cette fonction ; en outre, elle présente le double avantage de former une véritable défense contre le choc des lames, et d’offrir aux gardiens un espace moins rétréci que leurs chambrettes, espace où ils pourront au moins marcher et jouir de l’impression de l’air libre et du soleil.

     L’ingénieur a aussi pensé aux conditions des agents affectés au service des phares. Dans cette optique, il a placé l’escalier dans une cage particulière qui communique avec les différents logements sans les faire dépendre les uns des autres. Cette disposition est convenable car elle rend les chambres plus commodes, et les voûtes de séparation des différents étages sont aussi solides que si elles étaient entières. Chaque pièce contient l’encadrement nécessaire pour admettre un lit, est munie d’une cheminée et reçoit le jour par deux fenêtres. Le massif qui supporte la plate-forme, au milieu de laquelle s’élève le phare proprement dit, est enveloppé par un gros mur dont le revêtement extérieur se compose de pierres de taille de granit ; et qui est formé dans le reste de son épaisseur par de la maçonnerie de moellons. L’intervalle compris entre ce mur et le soubassement de la colonne a été rempli avec des pierres sèches soigneusement arrimées.

     Le phare proprement dit est entièrement formé de blocs équarris dont les parements extérieurs sont finement taillés et les faces intérieures simplement piquées à la grosse pointe. Les marches de l’escalier hélicoïdal (200 marches) qui règne du bas jusqu’à la chambre de service du phare sont engagées dans le mur de la cage. Toutes les voûtes de séparation des différents étages (10 au total), n’ont été construites qu’après l’achèvement complet de la colonne, le montage des matériaux ayant été opéré par l’intérieur.

     Pour finir cette description, l’ingénieur rappelle que pendant les trois ans qu’ont duré les travaux, il s’est dévoué sans partage. La récompense de ses efforts a porté ses fruits car la construction du phare du cap de la Hague n’a pas coûté la vie d’un seul ouvrier. Morice de La Rue s’est estimé d’autant plus heureux de ce résultat, que les habitant de la côte ne cessaient de répéter, avant l’exécution des travaux, que le phare du Gros du Raz ne s’achèverait jamais, et qu’après avoir perdu bien des hommes, on renoncerait à cette entreprise.

     Le phare a été allumé pour le première fois le 1er novembre 1837. Ses derniers gardiens en sont descendus définitivement en mai 1990, deux ans après son automatisation.


    8 commentaires
  •  

     

     

    Vietnam, la joie du papa

    Voici le pastel presque terminé.

    Je vois déjà quelques points à retoucher qui ne me plaisent pas. 

    Qu'en pensez vous sans fioritures ?


    16 commentaires
  • Vietnam 3ème partie

    Ouf ! la robe est finie enfin il restera à travailler les lumières, les plis de la robe. J'ai retravaillé les visages, le menton, les yeux,  la bouche,  l'intérieur du chapeau de la petite fille. Vous pouvez   voir la différence avec la 1ère partie. 

    J'ai repris également l'ensemble visage du papa, au fur et à mesure que le dessin avance, il faut modifier les valeurs les unes par rapport aux autres. Il faut s'arrêter, prendre du recul car lorsque que l'on a le nez sur le papier, on ne voit pas les défauts.

    Laissez vos commentaires en cliquant ci-dessous...


    7 commentaires
  • Vietnam 2ème partie

    Le visage du papa pratiquement terminé.

    Vietnam 2ème partie

    Les voilà tous les deux réunis. Je descend progressivement vers le bas de la feuille pour éviter ainsi de salir ce qui est fait, je vais m'attaquer à la robe de la petite fille (rose avec des petites fleurs blanches).

    Donnez-moi vos impressions bonnes ou mauvaises...


    3 commentaires
  • La joie du père qui porte fièrement sa mignonne petite fille m'a donné l'idée de mon prochain pastel que je vais réaliser sur un format raisin (50 x 65 cm), il prendra pratiquement toute la feuille.

    J'ai pris cette photo lors de mon voyage au Vietnam en mai dernier, on voit cette photo dans le diaporama Ici

    Vietnam

    Voici la partie supérieure gauche, il y a encore pas mal de travail à réaliser sur cette partie qui représente à peine 1/4 du tableau. Je travaille le portrait sans estompe. Que du plaisir à reprendre mes pastels....


    5 commentaires
  • Etude sur le buste de Jean François MILLET

     

    Etude sur le buste de JF MILLET sur papier CANSON Ingres, fusain et aquarelle.

    Petite histoire sur la statue de JF MILLET Cliquez ici

    JF MILLET est né le 4 octobre 1814 à Gréville-Hague.

    Cette année est donc le bicentenaire de la naissance de ce peintre, notre exposition se déroulera dans le cadre des cérémonies prévues par la mairie de Gréville-Hague, quelques peintres de notre association présenteront des travaux sur ce thème.

     


    votre commentaire
  •  

     

    Les prochaines expositions de Hag'Artistes Les prochaines expositions de Hag'Artistes

    Les prochaines expositions de Hag'Artistes Les prochaines expositions de Hag'Artistes

    Quelques photos du vernissage à la chapelle de St Germain des Vaux aujourd'hui à 18h30

     

    St Germain des Vaux à la chapelle du 22 juillet au 03 août 2014 de 14h00 à 18h30, je serais de permanence le 24 juillet et le 02 août.

    Cherbourg à la salle des fêtes du 18 août au 31 août de 14h00 à 19h00, le jeudi et samedi de 10H00 à  19h00, je serais de permanence le 20 et le 28 août.

    Gréville-Hague au clos Millet du 14 au 22 octobre de 14h00 à 17h30


    5 commentaires
  • L'ancien du village

    Ma première pastel du Vietnam, sur papier pastelmat en 30 x 40 cm.

    L'ancien du village

    Ce grand-père s'est prêté volontiers à une séance de photos, nous l'avons bien évidemment remerciés.

    L'ancien du village  L'ancien du village  L'ancien du village

     

    Sur la route à travers le delta du fleuve rouge, dans la baie d'Halong terrestre, nous avons fait une promenade en sampan sur la rivière près de Hoa Lu.

     

     


    23 commentaires
  •  

    Nu de dos et drapé

     

    Avant de peindre les paysages du Vietnam, j'ai terminé ce petit pastel

    que j'avais commencé avant notre départ.

    Nu de dos réalisé sur papier Canson mi-teintes touch 20 x 30 cm

    d'après une photo de Phil NOUROS

    C'est le troisième nu que je réalise au pastel,

    voici les deux autres :

    http://peinturesdidierlegouestre.over-blog.com/2013/11/volupt%C3%A9.html

    http://peinturesdidierlegouestre.over-blog.com/2013/11/sensualit%C3%A9.html


    12 commentaires


  • Mon absence sur le blog s'explique par notre séjour au Vietnam durant 15 jours, superbe voyage d'Hanoi à Saigon (Ho Chi Minh ville) en passant par Hué, la baie d'Halong somptueuse bien sûr.

    Les Vietnamiens sont très accueillants avec toujours le sourire, ils aiment être photographiés. Voici quelques images parmi les près de deux milles photos prisent et quelques vidéos. Des photos qui m'inspireront pour de futurs pastels ou aquarelles.

         Cliquez ici pour visionner :  Bonjour Vietnam

     Visionnez en écoutant la musique "Bonjour Vietnam", superbe chanson très émouvante d'une jeune fille qui veut retrouver ses racines.

     


    Vietnam - Faire Video


    14 commentaires
  • Le chapeau bleu

    Pastel 30 x40 cm sur papier Canson  mi-teintes  d'après une photo d'une petite fille cambodgienne

    réalisée par le photographe  Claude Rausch. 


    12 commentaires
  •  

    Ne sont-ils pas craquants ? Cliquez sur l'image pour l'agrandir et donnez moi vos impressions.


    8 commentaires
  • Les petits chats

    Ebauche du futur pastel 30 x 40 cm sur papier CANSON mi-teintes après 8 heures de travail sur le pastel et 3 heures hier pour réaliser le croquis. Ils sont mignons, enfin celui de gauche pour l'instant et il n'est pas terminé, il y a encore pas mal de réhauts à réaliser.

     


    6 commentaires
  • Exposition à la mairie de Querqueville

    Ma prochaine exposition à la mairie de Querqueville dans la très belle salle du conseil.

    Je devrais pouvoir exposer  25  à 30 oeuvres.

    Le vernissage aura lieu  le mardi 15 avril à 18 h 00.

     

     


    7 commentaires
  • Portrait de mon frère Thierry

     

    Pastel 40 x 60 cm sur papier CANSON mi-teintes réalisé en septembre 2013, nous attendions de nous rendre chez notre belle-soeur pour lui offrir ce portrait de Thierry.

     

     


    9 commentaires
  • Le chat (3ème partie et fin)

     

    Voici le pastel terminé, en fin de compte, j'ai fini par m'habituer au papier velours, il faut travailler le pastel autrement qu'avec les autres papiers.

    Laissez vos impressions, cela fait plaisir.


    20 commentaires
  • Le chat (2ème partie)

    Après quelques heures de travail, je pose les couleurs de fond du pelage. Je réalise les moustaches en négatif .

    Le chat (2ème partie)

    Un peu de couleurs sur la droite fait ressortir le pelage, c'est un peu moins triste que le fond gris.

    A demain pour la suite et certainement la fin...

     


    2 commentaires
  • Je m'attaque à un nouveau pastel sur un papier que j'utilise pour la première fois, il s'agit du papier velours.

    Il est vraiment très différent des autres papiers. Il est fragile et  marque très facilement , il bouffe du pastel, je crois autant que le pastelcard.

    Très difficile d'estomper,  c'est une tout autre approche, une autre façon de travailler le pastel. Iil faut avancer en chargeant petit à petit le papier. 

    Par contre, il fixe très bien et l'aspect velours va très bien pour le pelage du chat.

    Le chat

    Début du dessin en format 30 x 40 cm avec les marges (1/2 feuille 50 x 70 cm). Comme d'habitude, je commence par les yeux.

    Le chat

     

    Après quelques heures, voici la tête qui commence à prendre forme. A demain pour la suite.....


    8 commentaires
  •  Je suis content et fier car je viens d'apprendre que j'ai gagné le 1er prix du concours de dessin au pastel organisé par la Tribu des artistes et la société CANSON. 

    504 oeuvres étaient présentés à ce concours. Chaque peintre pouvait présenter jusqu'à 5 oeuvres.

    Les membres de la Tribu des artistes votent, les 30 premiers sont retenus et un jury désigne les 4 premières oeuvres.

     J'avais deux oeuvres parmi les 30 sélectionnées, la vieille femme indienne et la jeune fille au voile.

    J'ai remporté le 1er prix avec la jeune fille au voile. 

    Voici l'adresse :

     http://ekladata.com/2NwRJhLP3mJy8PHfItgEaOfWZ9k.jpg

     

    1er prix au concours de pastel

    1er prix au concours de pastel

     

     


    19 commentaires
  • Sidney BECHET

    Pastel réalisé sur papier Canson mi-teintes gris clair en 30 x 40 cm.

    J'ai fait de nombreux portraits en N&B au crayon graphite sur papier bristol blanc, les blancs étant le papier(voir la galerie "mes crayons").

     j'ai voulu changer et partir d'une feuille grise, les blancs étant fait là au crayon pastel.

    J'adore ce grand clarinettiste et saxophoniste, inoubliable.

    Vous pouvez écouter l'un de ses succès mondial en cliquant sur la vidéo çi-dessous.

     


    6 commentaires
  • La petite coquine 2

    Une nouvelle version de la petite coquine mais peint cette fois à l'aquarelle, j'ai vraiment du mal à travailler dans l'humide. Qu'en pensez-vous et  lequel préférez-vous?

    Je l'ai réalisé sur papier ARCHES grain torchon au format de 31 x 41 cm

    Cliquez ici pour voir le précédent réalisé au pastel :

    http://lespeinturesdedileg.eklablog.com/la-petite-coquine-a105337450

     


    9 commentaires
  • Thierry DUVAL, un aquarelliste de talent 

    Non, ce n'est pas une photo, c'est une aquarelle. Incroyable, les reflets dans la vitrine, les lumières, un réalisme dans les moindres détails.

    Cette aquarelle s'intitule "Les mauvais garçons et les trois pigeons", il y a bien 3 pigeons, j'avoue que j'ai eu du mal à trouver le troisième. 

    Thierry DUVAL, un aquarelliste de talent

    Voici une autre aquarelle, une merveille, elle représente le magasin Sennelier quai voltaire à Paris, là où l'artiste va acheter son matériel. Les rues et les ponts de Paris sont ses sujets favoris.

    Des aquarelles que je vous invite à découvrir sur son site à l'adresse suivante :

    http://www.aquarl.free.fr/

    Je publie bien sûr ces aquarelles avec l'aimable autorisation de l'artiste.

     


    21 commentaires
  • Lion

    Ma dernière pastel, encore un lion, c'est vrai que le sujet m'inspire en ce moment, cette photo a de superbes lumières en plus d'être très jolie. Un travail sans aucune estompe mis à part le fond.

    Je l'ai réalisé sur papier Pastelmat en 30 x 40 cm que j'utilise pour la première fois et qui me plait bien. Il fixe très bien le pastel sans trop le "manger" comme le pastelcard, il se situe entre le pastelcard ou canson touch et le canson mi-teintes. Je vais essayer une prochaine fois le papier velours.

    Cliquez sur la photo pour l'agrandir et donnez moi vos impressions.

     

     

     


    29 commentaires
  • L'orchidée

    Pastel peint sur le motif , réalisé sur carton 2 mm avec une couche de gesso

    Dimensions 40 x 60 cm

     

    L'orchidée

     

    Détail de la lampe à pétrole


    8 commentaires
  • Le roi Lion (4ème étape et fin)

    Après 3 heures de plus, voici le roi Lion terminé. Impossible de cadrer exactement,

    il manque 5 à 10 cm sur la droite.

    J'espère que ce pas à pas vous a plu, moi j'ai beaucoup apprécié à faire ce pastel.

    Qu'en pensez-vous ?


    27 commentaires
  • Le roi Lion (3ème étape)

     

    2 heures de travail, pour un dimanche c'est déjà beaucoup ! mais ça avance, le travail sur la crinière est assez long à réaliser pour être assez réaliste, un fond plus ou moins foncé puis on fixe un peu juste aux endroits voulus et une multitude de trait de différentes couleurs pour réprésenter les poils. Les couleurs sont proches de la réalité par rapport à la photo de la 2ème étape. Pour voir les détails, taper sur l'image, celle-çi s'agrandira. A la prochaine étape....


    8 commentaires
  • Le roi Lion (2ème partie)

    4 heures de travail supplémentaire. La tête est en partie presque terminée, j'y reviendrait quand l'ensemble du tableau sera couvert. Il y a toujours des valeurs à reprendre ici ou là. Les couleurs ne sont pas bien rendues, j'ai pris la photo alors que la nuit commençait à tomber. 


    4 commentaires
  • Le roi Lion

    Après 3 heures de travail, voici la photo du prochain pastel en préparation. Croquis et mise en place des valeurs, approche pour vérifier les proportions. Ce qui brille sous le pastel est la "gouttière" fait en papier aluminium pour recueillir la poudre, non pas pour la récupérer mais simplement pour éviter de trop salir le sol. Sa dimension est de 40 x 60 cm.

    Le roi Lion

     

    Après 2 heures de travail supplémentaire. Je réalise ce pastel sur du carton d'épaisseur 2 mm et recouvert d'une couche de Gesso sur les deux côtés et sur la tranche, cela protège le carton de l'humidité.


    7 commentaires
  • Femme hindoue

    J'ai réalisé ce pastel sur papier Canson mi-teintes au format de 30 x 40 cm,

    un peu de difficultés pour reproduire les motifs très jolis de la robe dans cette dimension.

    Ci-dessous une vidéo en pas à pas de ce pastel

     


    16 commentaires
  • Voici encore deux vidéos sur le portrait au crayon graphite, intéressant pour la "construction" du visage et les techniques mise en oeuvre, j'ai découvert que le peintre utilisait de la poudre de graphite étalée avec un pinceau souple pour faire le fond des cheveux, il utilise un crayon pastel pour les blancs, en partant bien sûr d'une feuille de papier de couleur grise ou autres , pourquoi pas.

    Je vais mettre en oeuvre ces techniques pour mon prochain portrait au crayon, il faut tout essayer...

    Ce portraitiste américain ou canadien fait des portraits de toutes beautés.

     

     


    2 commentaires