• J'aime beaucoup cet auteur, mais j'ai particulièrement apprécié celui-ci, une histoire touchante, intimiste et romantique. 

     


    2 commentaires
  • Le maître de marionnettes

    Pastel 50 x 35 cm sur Pastelmat à partir d'une

    photo de Rarindra Prakarsa, photographe professionnel de Jakarta, avec son aimable autorisation.

    Pas mal d'heures pour l'effectuer, un vrai plaisir.

    Le vieil homme sur la photo est M. Prapto. Il était un maître de marionnettes. Il est décédé il y a 3 ans.

    Et voici le site du photographe qui fait de très belles photos :

    https://www.rarindraprakarsa.com/


    2 commentaires
  • Un nouveau pastel en cours sur pastelmat noir 50 x 35 cm à partir d'une photo de Rarindra Prakarsa avec son aimable autorisation. La photo est intitulé "Ancien artiste", je ne sais pas encore quel nom donner à ce pastel, si vous avez une idée ?

    Allez voir le site de ce photographe, ses photos sont formidables.

    https://www.rarindraprakarsa.com/

     


    2 commentaires
  •   

     

    J'avais fait ce pastel en 2014 lors d'une séance directement sur le motif, j'ai repris ce pastel en précisant un peu plus les fleurs, certains éléments de décor,  ombres et lumières. La différence de teinte vient de la prise de vue avec une lumière différente. Qu'en pensez-vous ? 

     


    4 commentaires
  • Femme de l'ethnie Hmong au Nord du Vietnam

    Pastel 30 x 47 cm sur papier Canson mi-teintes touch réalisé pendant le confinement à partir d'une photo de Réhahn avec sa permission dont voici les blogs :

    https://www.facebook.com/rehahn.vietnam

    Drawings of Rehahn's Photography

     


    8 commentaires
  • Bienvenue sur "Poussières de pastel"

    Je signe mes tableaux "DILEG", pourtant je me nomme Didier LE GOUESTRE. Natif de la région parisienne, en 1978 je vais travailler en Normandie dans le Cotentin pour fuir les embouteillages (Eh oui déjà !) et c'est en 2016, alors en retraite que je m'installe dans le Lot à Saint-Sozy, à la limite de la Corrèze et de la Dordogne.

    En 2010, libre de mes activités professionnelles, la peinture est devenue ma passion. Après quelques dessin au crayon, j'ai voulu passer à autre chose, j'ai donc commencé par suivre des cours d'aquarelle avec le peintre Domalas, un aquarelliste bien connu en Normandie. 

    http://www.domalas-peintre.com/

    J'ai poursuivi avec un autre peintre Pierre Kasuo Iwamura, bien connu également pour ses huiles, aquarelles et pastels.

    C'est en 2012 avec Pierre Kasuo que j'ai découvert le pastel.

    https://pkiwamura.wixsite.com/pierrekazuoiwamura 

    http://www.vds-phl.fr/article-le-vast-impressionniste-exposition-de-peintures-53110411.html

    Ensuite, j'ai suivi les cours aux Beaux arts à Cherbourg.

    J'ai commencé à exposer dans la région du Cotentin au sein de l'association Hag'Artistes et en individuel à partir de 2011. Ma première expo était au "Tamaris 2011" dans ma commune de Siouville-Hague (50). 

    En 2012, je suis invité d'honneur au Salon de la Marine de Cherbourg.

    En 2013, je suis Invité d'honneur au "Tamaris 2013" et j'obtiens le prix public.

    En 2014, j'obtiens le 1er prix au Concours national de pastel organisé par la Tribu des artistes et la société Canson. 

    http://ekladata.com/2NwRJhLP3mJy8PHfItgEaOfWZ9k.jpg

     La jeune fille au voile, 1er Prix de pastel

    Le pastel, une véritable passion, j'apprend à partir de lectures dans des revues comme "Pratique des Arts" et par la pratique, le travail à l'estompage avec les doigts, le touché velouté, les superbes nuances du pastel, je trouve là mon médium de prédilection. 

    Je me consacre à cette technique pour réaliser des portraits. "Le portrait repose sur une bonne observation du modèle, j'essaye de retranscrire, le mieux possible, l'expression s'un regard, d'une émotion. Donner vie à ces visages sont des défis et plaisirs sans cesse renouvelés".

    Je vous laisse surfer sur mon blog et voir l'évolution de mon travail, en bas de chaque page, cliquer sur la page suivante. Si vous êtes intéressés par certains tableaux, n'hésitez pas à me joindre par la rubrique "contact", je réalise également des portraits sur commande à partir de photographies, me joindre de la même façon pour avoir les détails. 

    Pour suivre mes dernières créations, inscrivez vous à la "newsletter", vous serez ainsi informés par mail à chaque nouvel article.

    N'hésitez pas à me laisser un petit commentaire, merci et bonne visite !

     Cliquez çi-dessous pour commencer la visite :

     http://lespeinturesdedileg.eklablog.com/

     


    votre commentaire
  •  

     

    Ma prochaine expo se déroulera à la bibliothèque municipale de Souillac, ma première expo en individuel dans la région, je présenterais que des pastels avec pour thème "Portraits d'ici et d'ailleurs" avec de nouveaux pastels réalisés en fin 2019 et début 2020.


    1 commentaire
  • Pierre Kasuo IWAMURA est un peintre domicilié en Normandie dans le Cotentin (La Manche) à Valognes pour être précis. C'est dans son atelier que j'ai suivi de nombreux stages. On ne peignait que sur le motif et non à partir d'une photo, ce qu'il ne voulait pas. Nos travaux portaient donc sur des natures mortes ou des portraits. Il faut " trouver la bonne couleur" me disait-il souvent. Depuis, je m'efforce à trouver les bonnes couleurs.

    Etant admirateur de ses œuvres, surtout ses huiles, je veux vous les faire partager, en voici quelques unes. 

    Pierre Kasuo IWAMURA

    Voici quelques paysages : cliquez sur l'image pour l'agrandir

    Pierre Kasuo IWAMURA  Pierre Kasuo IWAMURA

      

    Pierre Kasuo IWAMURA  Pierre Kasuo IWAMURA

     

    Pierre Kasuo IWAMURA  Pierre Kasuo IWAMURA

     

    Pierre Kasuo IWAMURA  Pierre Kasuo IWAMURA

     

    Pierre Kasuo IWAMURA  Pierre Kasuo IWAMURA

    Voici quelques portraits:  cliquez sur l'image pour l'agrandir

    Pierre Kasuo IWAMURA  Pierre Kasuo IWAMURA

     

    Pierre Kasuo IWAMURA  Pierre Kasuo IWAMURA

     

    Pierre Kasuo IWAMURA  Pierre Kasuo IWAMURA


    3 commentaires
  • Petite fille du Vietnam

     

    Merci à Réhahn pour son autorisation à réaliser

    ce pastel de cette jolie petite fille.

    Vos commentaires sont les bienvenus

    https://www.facebook.com/rehahn.vietnam

    https://www.facebook.com/Rehahn.Photography/

    https://www.facebook.com/groups/drawing.of.Rehahn.photography/

     


    11 commentaires
  • L'homme et son aigle

     

    Un chasseur d'aigle nomade kazakh qui vit dans les montagnes de l'Altaï de l'ouest de la Mongolie, une photo de Susan Portnoy avec son aimable autorisation.

     Pastel  47 x 30 cm sur papier Canson mi-teintes touch. La fourrure m'a pris un temps fou pour qu'elle soit réaliste.

    N'hésitez pas à me laisser des commentaires.


    9 commentaires
  • Le gorille

    Pastel réalisé sur papier Canson mi-teintes noir en 32 x 41 cm

    Voici le pas à pas de ce pastel

    Le gorille Le gorille Le gorille 

    Le gorille Le gorille Le gorille

    Le gorille Le gorille


    10 commentaires
  • L'homme au cigare

    Pastel 30 x 40 cm à partir d'une photo de l'excellent photographe Réhahn.

    L'homme au cigare, encore un cubain , j'avais déjà réalisé ce genre de portrait avec une photo également de Réhahn, voir en cliquant ci-dessous :

    http://lespeinturesdedileg.eklablog.com/le-cubain-a117940958


    votre commentaire
  •  

     

     

    L'homme au cigare 

     Mon lieu de travail, lepastel en cours avec la photo de Réhahn, 

    l'ordinateur pour les détails, ce qui brille sous le pastel est une feuille d'alu

    pour ramasser les poussières de pastel.

    Cliquez sur les photos pour les agrandir.

    L'homme au cigare

     Le matériel sur une table sur ma droite, je sélectionne les pastels

    dont j'ai besoin dans des boites en carton d'emballage de steak. 

    L'homme au cigare 

    Début du pastel en commencant par le haut, cela évite de salir en dessous.

    L'homme au cigare

     

    Je continue le travail sur le visage avant d'entamer les cils,

    cheveux et barbe.

    L'homme au cigare

    Voici la photo de l'homme au cigare de Réhahn Hoian.

    Voici sa page facebook :

    https://www.facebook.com/rehahn.vietnam/photos_all

     


    4 commentaires
  • Superbe démonstration de ce pastelliste dont j'adore le talent


    1 commentaire
  • Suite et fin du Pêcheur chinois

     

    Voilà le pastel 30 x 40 cm terminé,

    effectué sur papier Canson mi-teintes touch.

    N'hésitez pas à laisser vos commentaires et critiques.

     

     


    8 commentaires
  • Avant de retoucher le visage et les vêtements et chapeau,

    je travaille le fond 

     

    Beaucoup de travail sur le chapeau.

    Suite et fin la prochaine fois, je laisse toujours une journée ou deux avant de reprendre la fin d'un pastel.


    4 commentaires
  •  

    Voici le début des premières couches de pastel après le dessin au crayon

    Après quelques heures, le visage commence à apparaître...

    Le visage est sur la fin, reste à travailler la barbe et  reprendre le visage pour ajuster les valeurs ici et là au fur de l'avancement. 

    A bientôt pour la suite...


    4 commentaires
  • Vieille femme indienne

    Pastel 30 x 40 cm  sur papier Pastelmat


    7 commentaires
  •  

    Réalisé sur papier Canson mi-teintes  touch, premieres couches de pastel... à suivre


    2 commentaires
  •  

    Voici une version du "Pas du buis" peint à l'acrylique sur toile 70 x 50 cm.


    votre commentaire
  • Le pas du buis à Saint-Sozy

    Pastel 20 x 30 cm sur papier Canson touch, lieu dit "Le pas du buis"

    à moins d'un kilomètre de la maison.

     

     


    2 commentaires
  •     Je reprend un peu l'acrylique pour me faire la main sur des morceaux de cartons de 2mm d'épaisseur en 25 x 32 cm, à partir de photos.

        Quelques paysages pour changer des portraits ....

        Vous pouvez cliquer sur l'image pour l'agrandir.

         

    Phare de Goury dans la Hague (Manche)

    Sous bois 

    Château de Martinvast (Manche)

    La terrasse à Meyronne (Lot)

     

     

     


    6 commentaires
  • La pêche au cormoran (chine)

    Voici le pastel terminé, qu'en pensez vous ?

    Lequel, préférez vous entre celui-ci et celui que j'avais peint en 2016 ? (voir article précédent).

    Vous pouvez laisser un commentaire ci-dessous

     


    9 commentaires
  • Mon prochain pastel en cours

    Après une interruption pour travaux dans notre nouvelle maison, je reprend le pastel, dans mon nouvel atelier, sur un grand format 50 x 70 cm, un paysage de rêve avec un pêcheur chinois. J'avais déjà peint ce sujet en 2016, voir photo (du pastel) en dessous, ici le paysage est plus important.

    Mon prochain pastel en cours


    4 commentaires
  • Pastel 20 x 30 cm à partir d'une de mes photos, à deux pas de chez moi.


    1 commentaire
  • Etude sur "La liberté guidant le peuple"

    Une petite étude sur le tableau de'Eugène Delacroix pour voir s'il est possible de réaliser le tableau au pastel dans la dimension maximale à savoir de feuilles Pastelmat de 100 x 70 cm. 

    J'ai réalisé au pastel ces deux figures sur une feuille 20 x 30 cm, les visages font 3 cm de large, difficile de donner du détail, il serait de cette dimension sur le tableau. 

    Je réfléchis avant de me lancer dans un tel projet car le travail est monstrueux, qu'en pensez-vous amis pastellistes? 

     

    Voici le tableau de Delacroix (2,60 x 3,25m), visible au Louvre :

    Etude sur "La liberté guidant le peuple"

     

    Contexte historique :

    Charles X et son impopulaire ministre, le prince de Polignac, remettent en cause les acquis de la Révolution. L’opposition libérale, par le biais du journal Le National, prépare son remplacement par le duc Louis-Philippe d’Orléans.

    À la session de la Chambre le 2 mars 1830, Charles X menace de sévir. Les députés, par l’ « adresse des 221 », refusent de collaborer. Le roi signe et publie dans Le Moniteur quatre ordonnances tendant à supprimer la liberté de la presse et à modifier la loi électorale. C’est une violation de la Constitution. Et c’est la révolution à Paris. En trois jours dits « Trois Glorieuses » – les 27, 28 et 29 juillet –, les Bourbons sont renversés.

     

     

    Analyse de l'image :

    Achevé en décembre, le tableau est exposé au Salon de mai 1831. Il semble né d’un seul élan. Mais il découle des études faites pour les œuvres philhellénistes et d’une recherche nouvelle de détails et d’attitudes.

    C’est l’assaut final. La foule converge vers le spectateur, dans un nuage de poussière, brandissant des armes. Elle franchit les barricades et éclate dans le camp adverse. À sa tête, quatre personnages debout, au centre une femme. Déesse mythique, elle les mène à la Liberté. À leurs pieds gisent des soldats.

    L’action s’élève en pyramide, selon deux plans : figures horizontales à la base et verticales, gros plan faisant saillie sur le fond flou. L’image s’érige en monument. La touche emportée et le rythme impétueux sont contenus, équilibrés.

    Delacroix réunit accessoires et symboles, histoire et fiction, réalité et allégorie.

    La Liberté

    Elle remplace d’Arcole. Vision nouvelle de l’allégorie de la Liberté, c’est une fille du peuple, vivante et fougueuse, qui incarne la révolte et la victoire. Coiffée du bonnet phrygien, les mèches flottant sur la nuque, elle évoque la révolution de 1789, les sans-culottes et la souveraineté du peuple. Le drapeau, symbole de lutte, faisant un avec son bras droit, se déploie en ondulant vers l’arrière, bleu, blanc, rouge. Du sombre au lumineux, comme une flamme.
    La pilosité de son aisselle a été jugée vulgaire, la peau devant être lisse aux yeux des rhétoriciens de la peinture.
    Son habit jaune, dont la double ceinture flotte au vent, glisse au-dessous des seins et n’est pas sans rappeler les drapés antiques. La nudité relève du réalisme érotique et l’associe aux Victoires ailées. Le profil est grec, le nez droit, la bouche généreuse, le menton délicat, le regard de braise. Femme exceptionnelle parmi les hommes, déterminée et noble, la tête tournée vers eux, elle les entraîne vers la victoire finale. Le corps profilé est éclairé à droite. Son flanc droit sombre se détache sur un panache de fumée. Appuyée sur son pied gauche nu qui dépasse de sa robe, le feu de l’action la transfigure. L’allégorie est la vraie protagoniste du combat. Le fusil qu’elle tient à la main gauche, modèle 1816, la rend réelle, actuelle et moderne.

    Les gamins de Paris

    Ils se sont engagés spontanément dans le combat. L’un d’entre eux, à gauche, agrippé aux pavés, les yeux dilatés, porte le bonnet de police des voltigeurs de la garde.
    À droite, devant la Liberté, figure un garçon. Symbole de la jeunesse révoltée par l’injustice et du sacrifice pour les nobles causes, il évoque, avec son béret de velours noir d’étudiant, le personnage de Gavroche que l’on découvrira dans Les Misérables trente ans plus tard. La giberne, trop grande, en bandoulière, les pistolets de cavalerie aux mains, il avance de face, le pied droit en avant, le bras levé, un cri de guerre à la bouche. Il exhorte au combat les insurgés.

    L’homme au béret

    Il porte la cocarde blanche des monarchistes et le nœud de ruban rouge des libéraux. C’est un ouvrier avec une banderole porte-sabre et un sabre des compagnies d’élite d’infanterie, modèle 1816, ou briquet. L’habit – tablier et pantalon à pont – est celui d’un manufacturier.
    Le foulard qui retient son pistolet sur son ventre évoque le mouchoir de Cholet, signe de ralliement de Charette et des Vendéens.

    L’homme au chapeau haut de forme, à genoux

    Est-ce un bourgeois ou un citadin à la mode ? Le pantalon large et la ceinture de flanelle rouge sont ceux d’un artisan. L’arme, tromblon à deux canons parallèles, est une arme de chasse. A-t-il le visage de Delacroix ou d’un de ses amis ?

    L’homme au foulard noué sur la tête

    Avec sa blouse bleue et sa ceinture de flanelle rouge de paysan, il est temporairement employé à Paris. Il saigne sur le pavé. Il se redresse à la vue de la Liberté. Le gilet bleu, l’écharpe rouge et sa chemise répondent aux couleurs du drapeau. Cet écho est une prouesse.

    Les soldats

    Au premier plan, à gauche, le cadavre d’un homme dépouillé de son pantalon, les bras étendus et la tunique retroussée. C’est, avec la Liberté, la deuxième figure mythique tirée d’une académie d’atelier, d’après l’antique, appelée Hector, héros d’Homère, héroïsé et réel.
    À droite, sur le dos, le cadavre d’un suisse, en tenue de campagne : capote gris-bleu, décoration rouge au collet, guêtres blanches, chaussures basses, shako au sol.
    L’autre, la face contre terre, a l’épaulette blanche d’un cuirassier.
    Au fond, les étudiants, dont le polytechnicien au bicorne bonapartiste, et un détachement de grenadiers en tenue de campagne et capote grise.

    Le paysage

    Les tours de Notre-Dame, symbole de la liberté et du romantisme comme chez Victor Hugo, situent l’action à Paris. Leur orientation sur la rive gauche de la Seine est inexacte. Les maisons entre la cathédrale et la Seine sont imaginaires.
    Les barricades, symboles du combat, différencient les niveaux du premier plan à droite. La cathédrale paraît loin et petite par rapport aux figures.
    La lumière du soleil couchant se mêle à la fumée des canons. Révélant le mouvement baroque des corps, elle éclate au fond à droite et sert d’aura à la Liberté, au gamin et au drapeau.

    La couleur unifie le tableau. Les bleus, blancs et rouges ont des contrepoints. Les bandoulières parallèles de buffleterie blanche répondent au blanc des guêtres et de la chemise du cadavre de gauche. La tonalité grise exalte le rouge de l’étendard.


    3 commentaires
  • La petite fille à la fleur

    Portrait réalisé sur papier Canson mi-teintes touch 30 x 40 cm 

    La petite fille à la fleur

    Reprise du pastel après les remarques très judicieuses d' Amande

     

     


    10 commentaires
  • J'avais pour objectif de réaliser un pastel rapidement sans crayon (juste pour quelques mèches de cheveux), fait en 5 heures.

    Réalisé sur Canson mi-teintes en 30x40 cm, je n'aime pas trop ce papier et préfère de loin le touch ou le pastelmat.


    13 commentaires
  • La femme au pivoine (fin)

     

    Portrait terminée après près de 75 heures de "travail".


    6 commentaires
  •  

    Pivoine terminé et reprise des valeurs un peu partout, on commence à avoir une bonne tonalité. Au prochain épisode...


    6 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires